In search of la belle province (II) - Macleans.ca

In search of la belle province (II)

by

For the sake of comparison, the text of the Prime Minister’s speech at a fundraiser in Montreal last month.

Bonsoir tout le monde! Thank you for that warm welcome. Merci pour votre accueil chaleureux à la Québécoise. Et merci de vous être déplacés en si grand nombre ce soir. On m’a dit qu’il y a plus de 2000 personnes, le plus grand rassemblement des conservateurs du Québec depuis on forme…depuis qu’on forme le nouveau Parti conservateur.

Et j’espère qu’il y a aussi beaucoup de journalistes dans la salle. (RIRES) De quelques uns, de quelques unes. Parce qu’avec le nombre de personnes ici ce soir, ils ne pourront plus jamais dire que j’ai fait une croix sur le Québec.

Chers militants et militantes, dear Conservative supporters, beaucoup de personnes ont contribué au succès de cet événement qui démontre bien que le Parti conservateur continue de s’en raciner au Québec. Je tiens à féliciter la directrice des opérations pour le Québec Claude Durand, le sénateur Leo Housakos, Claude-Marc Goudreault, Claude Carignant, ainsi que toute leur équipe. Ils méritent tous et toutes qu’on les applaudisse chaleureusement. Je vous demande aussi d’applaudir chaleureusement nos députés, ministres et sénateurs qui sont avec nous ce soir, et je vais les présenter encore, parce qu’ils sont des membres importants de ma grande équipe. La ministre des Affaires intergouvernementales et députée de Louis-St-Laurent, Josée Verner. Le ministre du Travail et secrétaire d’État à l’Agriculture et député de Jonquière-Alma, Jean-Pierre Blackburn. Le ministre du Développement économique du Québec et député de Roberval, Denis Lebel. Notre député de Lévis-Bellechasse, président du comité permanent des Langues officielles et président du caucus du Québec, Steven Blaney. Notre député de Beauce et président du comité permanent de la Défense nationale, Maxime Bernier. Notre député de Sherbourg-Haute-St-Charles et secrétaire parlementaire du ministre de la Justice, Daniel Petit. Notre député de Beauport-Limoilou et secrétaire parlementaire pour la Condition féminine, Sylvie Boucher. Notre député de Lotbinière-Chutes-de-la-Chaudière et secrétaire parlementaire du ministre des Travaux publics, Jacques Gourde. Je veux aussi saluer les autres, les sénateurs du Québec, le sénateur Michel Rivard. La sénatrice Suzanne Fortin-Duplessis. La sénatrice Andrée Champagne. Et le sénateur Patrick Brazeau.

Friends, we also have some Conservative caucus members from outside Quebec. Please welcome the Minister of the Environment, Jim Prentice. The Minister of Canadian Heritage, le ministre du Patrimoine canadien, James Moore. The leader of the government in the Senate, Marjory LeBreton. Member of Parliament Guy Lauzon. Royal Galipeau. And Cheryl Gallant. And Senators Irving Gerstein. Et la sénatrice Nicole Eaton. Et finalement et non le moindre, notre ministre des Travaux publics, ministre responsable du Québec, ministre régional de Montréal, le député de Mégantic-l’Érable, Christian Paradis. Christian, je tiens à te remercier pour le travail extraordinaire que tu accomplis depuis que je t’ai confié ces importantes responsabilités.

You have done an extraordinary job to help identify key stimulus projects for the economy here in Montreal. You made an important announcement here today on the rehabilitation of the Champlain bridge.

Tu as lancé… Tu as lancé d’importants projets du quartier des spectacles ici à Montréal. Toi et tes collègues québécois au sein de notre gouvernement avaient aussi contribué à stimuler l’économie dans toutes les régions du Québec. Pensons aux autoroutes 30, 35 et 73, à l’aéroport Jean-Lesage de Québec, au Colisée de Rimouski, au système d’épuration des eaux de Lévis, au manège militaire de Québec, au chantier de la Davie. Pensons aussi aux investissements de la secteur de l’aérospatial, aux travaux d’améliorations du corridor Québec-Windsor, aux nouvelles infrastructures pour les…pour accueillir les croisières au Saguenay, à l’aide accordé aux festivals partout au Québec. Grâce au travail remarquable des députés conservateurs du Québec, je pourrais être ici jusqu’à demain soir pour vous énumérer toutes leurs réalisations ici au Québec. Christian, tu as aussi fait d’importantes annonces dans ton comté. Notamment tu as réglé le dossier de l’observatoire du Mont-Mégantic. Tu t’assures aussi de la modernisation du système d’aqueduc à Thetford Mines, et moi aussi, Christian, j’ai une importante annonce à faire. En voyant la foule présente ce soir, j’ai bien l’impression qu’après les prochaines élections, notre ministre responsable de Montréal sera un élu de Montréal et non de Thetford Mines! Le rassemblement de ce soir est une preuve éclatante de ton efficacité, Christian. Tu travailles de longues heures. D’ailleurs, ton épouse ne doit pas m’aimer beaucoup mais les résultats sont là. Notre parti et notre organisation s’enracinent au Québec.

Our party and our organization are getting stronger in every region of this province, including here in Montreal.
Nos militants s’impliquent, nos organisateurs s’activent, nos associations recrutent des membres et des candidats et candidates. Simplement dit, Christian, tu es devenu le pire cauchemar de Gilles Duceppe et de Michael Ignatieff.

Dear friends, as I look around this room, I see…I see provincial Liberals. Je vois dans la salle des adéquistes. Je vois même ici d’anciens péquistes. Mais avant tout, mes chers amis, je vois de vrais conservateurs du Canada.

Now, you all know, friends, that I recently had a birthday. Lorsque je suis sorti de chez-nous un beau matin, il y avait des flamands roses sur le gazon de 24 Sussex. Je les ai comptés un à un. Ça a été long. Il y en avait 50, et je trouve ça très réconfortant de voir qu’il y a beaucoup de jeunes militants dans la salle qui me trouvent pas encore trop vieux pour faire de la politique.

I may have reached the big five-O, but I can assure you that I feel like I’m 20 years old. Well, maybe 30 years old. And I want to thank one person who does a big job in keeping me young and connected to the things that really matter. Please, welcome my wife, my love, Laureen, who’s here tonight.

Mes amis, je suis donc en très grand forme malgré la cinquantaine, et je peux vous dire que les bloquistes et les libéraux vont se rendre compte lors de la prochaine campagne électorale.

Dear fellow Conservatives, as you know, we are all experiencing a difficult period in the world economy. Et la récession économique mondiale a de grandes répercussions au Canada, un pays axé sur le commerce. Toutefois, grâce à notre bonne gestion des finances publiques depuis notre entrée en fonction il y a un peu plus de trois ans, le Canada est entré en récession en dernier, le Canada est le pays le moins affecté et surtout lorsque la reprise viendra, ce pays, le Canada, va sortir de cette récession avec une des économies les plus fortes de la planète.

Parce que, mes amis, cette récession mondiale ne devrait pas nous aveugler et nous empêcher de voir les forces relatives de notre économie.

Don’t forget this country’s strengths. We have the best fiscal position in the G7. We ran a surplus when times were good, so we can afford to spend now. We had the lowest debt ratio in the G7 when this recession started, by far, and when it ends, we will still have the lowest debt-GDP ratio in the G7.

Et la plupart des provinces ont un équilibre budgétaire à long terme, grâce au règlement par notre gouvernement du déséquilibre fiscal. Selon les experts internationaux, nous avons le meilleur système bancaire au monde. Quatre des dix plus grandes banques nord-américaines sont maintenant canadiennes. Notre taux… Notre taux d’inflation est stable et bas. Notre main d’œuvre est qualifiée, éduquée et mobile.

And we have real economic diversity, including commodities that will be in high demand when the global economy recovers. And others are noticing our strengths. I saw articles in the Washington Post, in the Wall Street Journal just yesterday on the strengths of the Canadian economy.

Lorsque j’ai participé à des sommets internationaux au cours des derniers mois, que ce soit le G8, le G20, de nombreux…le sommet des Amériques, de nombreux leaders m’ont dit qu’ils enviaient notre situation économique.

When you look at what’s happening elsewhere – the utter collapse of real estate in large parts of the United States, currency crises in places like Iceland and Hungary, bank failures in the US, UK, Ireland, elsewhere, the free fall of GDP in Japan – you cannot help but stand a little taller and feel a little more confident as a Canadian.

Je vous l’ai dit et je vous le répète, nous avons tout de même de grands défis à relever, et je dois vous avouer que ce n’est pas facile de faire de la politique ces jours-ci, mais lorsqu’on a été ré-élu avec un plus grand nombre de députés aux dernières élections l’automne dernier, on savait que ça ne serait pas facile.

Remember, we were re-elected in the midst of one of the biggest financial crises in the history of the United States. We were not elected in spite of the crisis but because of it, because the Canadian people know that no other party is even serious when it comes to managing the economy.

Les nuages noirs qui s’étaient formés au-dessus des États-Unis se sont transformés en tempête économique mondiale et c’est pour affronter cette période économique difficile que nous avons été ré-élus avec un mandat renforcé, parce que la population quand les temps sont difficiles ne fait pas confiance aux libéraux, mes amis. Quand vient le temps de combattre une récession, la population fait seulement confiance aux conservateurs! Et comme c’est notre marque de commerce, nous avons livré la marchandise.

In January we tabled one of the most important budgets in Canadian history, our economic action plan. Notre plan d’action économique prévoit d’importantes mesures pour aider les travailleurs, les familles québécoises à faire face à la récession mondiale. Il prévoit d’autres importantes baisses d’impôts pour les contribuables. En fait, et vous, vous êtes…et vous vous en êtes rendus compte lorsque vous avez fait vos rapports d’impôts il y a quelques semaines, une famille moyenne au Québec économise en taxes et impôts fédéraux depuis que nous formons le gouvernement près de 4000 $ par année. Notre plan vient en aide aussi aux travailleurs qui perdent leurs emplois en bonifiant considérablement le régime d’assurance-emploi. Le Bloc…le Bloc…le Bloc nous demandait de prolonger les prestations d’assurance-emploi de deux semaines. Vous savez quoi, mes amis? Nous les avons prolongés de cinq semaines et le Bloc a voté contre.

But I’ll talk about the Bloc a bit later.

Nous aidons aussi les travailleurs en transition qui veulent se perfectionner. Nous soutenons les entreprises en difficulté. Nous avons créé un groupe de travail avec le gouvernement du Québec pour venir en aide au secteur forestier québécois. La semaine dernière, nous avons annoncé pour ce secteur en difficulté des projets totalisant plus de 200 millions $.

We have made the largest infrastructure investments in Canadian history.

Au cours des deux prochaines années, les grands projets d’infrastructure au Québec pourront être financés à même une enveloppe de 4 milliards $, et cet argent s’ajoute aux milliards de dollars déjà octroyés dans nos précédents budgets grâce à l’excellent travail du ministre des Transports de l’époque, Lawrence Cannon. Nous… Nous construisons des logements sociaux, des logements pour les handicapés, les aînés. Nous aidons ceux et celles qui veulent acheter leurs premières maisons. Nous aidons également les familles qui entreprennent la rénovation de leurs maisons.

Our economic action plan contains extraordinary measures to stimulate our economy.

Et nous n’avons hésité à faire des déficits, des déficits temporaires, pourquoi? Parce que nous les conservateurs, nous sommes pragmatiques. La récession économique mondiale est une opportunité pour accélérer la réalisation d’importants projets créateurs d’emplois. Nos investissements sont ciblés, efficaces et nos investissements assurent que le Canada demeure compétitif sur la scène internationale. Nos investissements stimulent notre économie. Cela dit, contrairement aux libéraux, nous, les conservateurs, nous ne voulons pas retourner à l’époque des déficits permanents financés à même une augmentation des taxes et des impôts.

Raising taxes, my friend, raising taxes to pay for higher long-term spending, as Mr. Ignatieff wants to do, would be an error of historic proportions for this country.

L’approche de Monsieur Ignatieff pour contrer cette récession est bien simple, mes chers amis. Pendant que nos ministres et moi-même parcourons le pays pour annoncer des projets créateurs d’emplois, des projets qui stimulent notre économie, le chef libéral, lui, parcourt aussi le Canada d’un océan à l’autre pour stimuler l’économie en faisant la promotion de son livre. Et lorsqu’on lui demande ce qu’il propose pour relancer l’économie, sa réponse est toute simple: augmenter les taxes et les impôts pour financer des dépenses extravagantes et permanentes. Écoutez bien, mes amis. Les libéraux ont même admis qu’ils envisagent, s’ils sont élus – que Dieu nous en garde! – de ramener la TPS à sept pour cent et d’imposer leur fameuse taxe sur le carbone.

Imagine what a Liberal carbon tax would be doing to our economy in the middle of this global recession. And imagine the effect of some of these other Liberal spending proposals. Mr. Ignatieff wants to make it easier to get employment insurance, to be able to get employment insurance after 45 days of work. That’s easier than it is anywhere in Canada today, and he wants to do it not just during a recession, not just in high employment areas; he wants it everywhere and permanently. Work 45 days and collect employment insurance for up to a year. That is just a proposal to raise payroll taxes. It is nothing more and nothing less.

Mes chers amis, j’ai un message très clair à vous transmettre: nous, les conservateurs, allons toujours chercher des façons non pas d’augmenter mais bien de baisser vos taxes et vos impôts. Et quelle est la position du Bloc, elle, pour faire face à cette récession? Elle est aussi bien simple. Les députés du Bloc ont voté contre toutes nos mesures de relance économique, toutes, sans exception. Les députés du Bloc ont voté contre la réduction des taxes et des impôts que vous payez, contre nos investissements historiques en infrastructure, contre l’amélioration des prestations d’assurance-emploi. Le Bloc a voté contre le soutien aux entreprises et aux travailleurs québécois, contre les investissements pour le logement abordable, contre notre soutien aux municipalités et au développement des régions du Québec. Les députés du Bloc ont aussi voté contre les investissements pour rénover les arénas et les complexes sportives au Québec, contre les investissements dans les programmes est les infrastructures culturelles, contre le transfert de la taxe de l’essence aux municipalités.

Mais mes amis, les députés du Bloc n’ont pas seulement voté contre toutes les mesures contenues dans notre
plan d’action économique cette année. Hélas, ce que je m’apprête à vous dire risque de vous choquer. Mes amis, le Bloc a aussi voté contre un projet de loi visant à donner des peines, des peines sévères aux criminels qui trafiquent des enfants. Oui, vous avez bien entendu. En votant contre ce projet de loi, le Bloc confirme encore qu’il a plus de considération pour les agresseurs que pour les victimes. Et cela, même si les victimes sont des mineurs. Mes amis, la position du Parti conservateur est très claire. Nous sommes le seul parti à la Chambre des communes qui s’attaque aux crimes et qui défend les victimes.

Chers amis, chers militants et militantes, le Parti conservateur est aussi le parti des immigrants et des communautés culturelles.

Our Conservative Party has always recognized that Canada’s ethnic diversity is one of the foundations of our peaceful and prosperous society. Cultural communities play an important role within our government and within our party, and friends, unlike the Liberal Party of the ’80s and the ’90s, we don’t slam the door shut to immigrants during a recession, and we never take their votes for granted.

Chers Québécois et Québécoises, depuis que j’ai eu l’honneur et le privilège de devenir premier ministre de ce grand pays, il y a une chose que j’ai toujours reconnue: c’est le rôle de premier plan que le Québec a et doit continuer de jouer pour façonner l’identité du Canada, et mon gouvernement a posé des gestes concrètes pour renforcer le rôle primordial du Québec au sein du Canada. Nous les conservateurs, nous, on a reconnu la nation québécoise. On a invité les Québécois à prendre part aux débats à l’UNESCO. On a réglé le déséquilibre fiscal et respecté les compétences du gouvernement du Québec. On accroît la présence des Québécois au sein du CRTC. Bref, on pratique un fédéralisme d’ouverture. C’est… Et c’est une des différences majeures entre nous et les libéraux de Monsieur Ignatieff. Une des raisons pour lesquelles le chef libéral veut augmenter vos taxes et vos impôts, c’est parce qu’il veut que le fédéral ait plus d’argent pour pratiquer un fédéralisme centralisateur. Monsieur Ignatieff est dans la lignée de Pierre Trudeau. Il dit lui-même que Trudeau est son mentor. Je vous invite à lire ce qu’il a dit et ce qu’il a écrit au cours des décennies. Vous verrez que Monsieur Ignatieff est en fait le chef libéral le plus centralisateur de l’histoire de ce pays. Il a même, il a même affirmé que les Québécois et les Québécoises ne sont pas différents des autres Nord-américains. Mes amis, souvenez-vous toujours, il y a un parti décentralisateur, une philosophie centralisatrice, le Parti libéral. Il y a un parti des indépendantistes, le Bloc. Mais il y a un parti qui a cru dans le passé et qui croit toujours aujourd’hui en une nation québécoise forte au sein d’un Canada uni et c’est le Parti conservateur du Canada.

Fellow Conservatives, today our priorities are being determined by the economic crisis that is impacting every country in the world. We are employing all of our efforts as a government to stimulate our economy, support our families and our communities, build on our strengths and maintain a focus on our long-term economic goals.

Et encore une fois, nous allons tenir parole. J’ai assuré Christian et je vous assure tous et toutes, conservateurs et conservatrices du Québec, que vous pouvez compter sur moi pour déployer tous les efforts nécessaires pour que notre parti soit toujours l’instrument par lequel les Québécois et les Québécoises pourront affirmer massivement leur fierté dans leur passé et leur confiance dans l’avenir. J’envisage toujours de diriger le gouvernement du Canada avec une participation équitable et efficace de représentants du Québec. Et aujourd’hui comme premier ministre du Canada et chef du Parti conservateur, je vous invite à redoubler votre engagement en faveur d’un Québec fort, prospère et autonome au sein de la fédération canadienne unie. Je vous demande dans ces circonstances spéciales de mettre à nouveau votre fierté et votre solidarité au service de notre parti. Chers amis, nous sommes en pleine récession économique mondiale. C’est le temps de gouverner. Ce n’est pas le temps d’aller en élection. Mais je vous promet si les partis d’opposition nous y forcent, mes amis, nous serons prêts. Thank you, merci beaucoup, et à la prochaine!